Tag Archive | "hockey"

Le « Fuck Boy » ne serait-il pas en fait un « Faux Boy » ?


Qui peut se vanter de ne s’être jamais exclamé en apercevant un jeune homme déambuler dans la cafétéria du cégep casquette au vent, regard de renard en recherche de poules à dévorer, pantalons roulés et troués, cheveux et barbe parfaitement taillés, un sourire d’annonce de Crest : « Oh mon dieu, c’est un ​Fuck Boy! » 

Ce qualificatif peu flatteur signifie, dans le jargon des jeunes gens, « un homme qui a des relations sexuelles avec plusieurs femmes sans toutefois informer celles-ci qu’il ne souhaite que du sexe ». Avec une sexualité active vient aussi un style vestimentaire particulièrement influencé par les chanteurs et acteurs en vogue de notre génération.

Femmes, sexe, argent, jeunesse… Un grand classique du rêve américain qu’idolâtrent les mâles pubères qui souhaitent ardemment entrer dans un moule : « Dès l’enfance, les garçons autant que les filles se font inculquer des stéréotypes selon lesquels ils se doivent d’avoir une libido forte, d’être rude et distant avec les femmes et d’être en situation de pouvoir. Dans le cas où ils seraient doux et sensibles, ils se feraient catégoriser comme étant  » fifs  » ou  » tapettes  » », explique Danielle Bastien, professeure en psychologie au cégep de St-Jérôme. Sa collègue, Édith de la Sablonnière, rajoute que le phénomène de la bigorexie, qui est la dépendance excessive d’un être à l’activité sportive pour développer sa masse musculaire, est en hausse depuis quelques années chez les garçons qui sont obsédés par l’idée de plaire et de ressembler à leurs idoles.

Pourtant, selon un sondage effectué par ma propre personne sur 20 étudiants du cégep de St-Jérôme, garçons et filles confondus, être un Fuck Boy n’est pas très reluisant. En effet, les filles les qualifient de nuisances humaines qui dénigrent, utilisent et détruisent les femmes.

« Ils pensent qu’un trou c’t’un trou, sans se préoccuper de la personne », dit une étudiante de 18 ans.

Les garçons légèrement envieux, de leur côté, reconnaissent que ce n’est pas quelque chose de très glorieux, mais que c’est une sorte de statut.

Malgré tout, les garçons, en voyant leurs idoles encerclés de jeunes femmes aux seins et fesses rebondissants, se disent que c’est ce qu’ils doivent faire aussi, ce qu’ils doivent être, pour ne pas être rejetés de leurs pairs et faire partie de ce club malsain d’hommes qui contrent leur nature pour se mouler à celle qui leur est imposée par la société. Dans ce cas, ceux que l’on considère comme Fuck Boy ne seraient que les Faux Boys qui tentent à tout prix de ressembler à ceux qui plairaient selon eux.

Et si, pour changer, on oubliait les stéréotypes ? Et si on voyait quelqu’un comme étant seulement quelqu’un et pas un « nerd », un « douche bag », un « fuck boy », mais juste un humain ? Parce que ce n’est pas parce qu’il ne va pas au Sherman et qu’il ne s’entraîne pas qu’il n’est pas un véritable ​Fuck Boy.

Posted in Autres, Chronique, CultureComments (0)

Une fin de semaine pas rose pour l’Armada


Ce samedi le 17 octobre, L’Armada de Blainville-Boisbriand recevait les Sea Dogs de Saint-John afin d’inaugurer leur fin de semaine contre le cancer du sein. C’est vêtu de rose afin d’amasser des fonds pour la Fondation du cancer du sein, que l’organisation de Blainville-Boisbriand s’est vue affliger une défaite de 5-3. Le dimanche 18 octobre, c’était les Foreurs de Val d’Or qui leur rendaient visite et c’est à nouveau que l’équipe de Joël Bouchard à été vaincu 3-1.

Un dur retour à la maison
Lors de la première période de leur match en rose, l’Armada s’est fait compter deux buts consécutifs, dont un alors qu’ils étaient en avantage numérique. C’est par après que l’un des deux capitaines, Philippe Sanche, réplique en atteignant la cible réduisant ainsi l’écart d’un point. C’est durant la deuxième période que le jeu est devenu plus serré et que l’équipe des Maritimes en a profité pour répliquer à nouveau augmentant ainsi l’écart de 3-1 en leur faveur. 1 minute et 15 secondes plus tard, cette fois en avantage numérique, TJ Melançon a trouvé lui aussi le fond du filet redonnant ainsi courage à son équipe qui, malheureusement pour la formation, n’a duré que quelques temps puisqu’à 16 minutes et 44 secondes, les Sea Dogs marquent à nouveau. Après 40 minutes de jeu pour Samuel Montembeault, ce dernier se fit remplacer par Mark Grametbauer qui a été désigné pour garder le filet de l’Armada pour la troisième période. L’Armada ne perdait toujours pas espoir et tentait de revenir en force et c’est avec un deuxième but du capitaine Philippe Sanche, cette fois en avantage numérique, que le Centre d’excellence Sports Rousseau s’est enflammé en fin de troisième période. Alors que la marque était de 4-3 en faveur de l’équipe visiteuse et que l’Armada avait toujours la chance de compter un quatrième but, afin de créer l’égalité dans l’espoir d’aller en supplémentaire, Mathieu Joseph de Saint-John a marqué un but dans un filet désert alors qu’il ne restait que 20 secondes avant que la sonnerie annonçant la fin de la partie ne retentisse. En tout, l’ancien gardien de l’Armada, Marc-Antoine Turcotte, qui était devant le filet pour les Sea Dogs, a reçu un total de 27 tirs dont 3 qui ont trouvés le fond de son filet. Tandis que pour Samuel Montembeault, 13 tirs sur les 27 reçus ont été stoppés et pour Mark Grametbauer, les 2 tirs reçus ont tous deux été stoppés avant de ne pouvoir traverser la ligne rouge du gardien. Malgré les deux buts en avantage numérique de TJ Melançon et de Philippe Sanche, l’entraineur-chef Joël Bouchard, reconnait que son jeu en avantage numérique connait quelques défauts: «ça va ariiver que les choses ne soient pas parfaites, c’est correcte aussi, mais un moment donné c’est devenu pèle-mêle.» affirme-t-il. Toutefois, M. Bouchard restait conscient de la difficulté qu’ont connu ses joueurs durant ces moments de supériorité numérique face à l’équipe qui sont deuxième de leur divison alors que l’Armada se trouve en avant-dernière position.

Duel d’équipes de la même divison
Ce dimanche n’a pas été plus en faveur de l’Armada puisqu’un seul but à l’encontre de 3 a été marqué. Après 15 minutes de jeu, ce sont les Foreurs qui ouvrent la marquent et restent les seuls marqueurs de cette première période. En deuxième période, le seul et unique marqueur de ce deux-tiers de la partie a été le numéro 24, Joël Teasdale, assisté de Connor Bramwell et du capitaine Nathanael Halbert. En outre, la troisième période fut un moment de revanche pour l’équipe de Val d’Or qui ont marqués deux buts, dont un en filet désert, terminant ainsi le match qui les opposait à l’équipe en noir et blanc. Samuel Montembeault a effectué 20 arrêts sur un total de 22 alors que le gardien adverse, Étienne Montpetit, a réalisé un total de 17 arrêts sur 18.

Une semaine bien chargée
Cela débute le mardi 20 octobre, alors que l’Armada rendra à son tour visite au Foreurs de Val d’Or. Le mercredi 21 octobre, ils rendront aussi visite aux Huskies de Rouyn-Noranda et par la suite ils iront affronter les Olympiques à Gatineau le vendredi 23. Par la suite, ce sera au tour de Blainville-Boisbriand de recevoir les Olympiques à domicile le dimanche 25 octobre. Une semaine qui s’avère très importante pour l’organisation puisqu’elle se retrouve à seulement 2 points de la dernière position de la Division Ouest qu’occupe présentement le Phoenix de Sherbrooke.

Crédit photo: Claudie Demers

Posted in Actualités, SportsComments (0)

L’Armada ne perd pas espoir


L’Armada a subi une quatrième défaite de 3 à 0 face aux Cataractes de Shawinigan ce dimanche 21 septembre, au Complexe d’excellence Sports Rousseau.

L’équipe laurentienne espère toujours avoir gain d’une première victoire en ce début de saison abrupte où la troupe porteuse du noir et blanc est composée de 11 nouvelles recrues dans le junior-majeur. Ayant déjà perdu leurs premières joutes de la saison face au Drakkar de Baie-Comeau, aux Saguenéens de Chicoutimi et aux Olympiques de Gatineau, les joueurs de l’Armada avançaient mine basse à la fin de la troisième période.

Marvin Cüpper, le gardien-vétéran des Cataractes, a fait 32 arrêts sans avoir laissé la lumière rouge s’allumer son filet, faisant ainsi preuve d’une grande forme. Alors que l’Armada dominait en côté adverse durant la première période, les Cataractes ont pris l’avance de 1-0 en deuxième, dominant ainsi le reste de la partie en ajoutant au compteur deux autres buts, dont un en filet désert.

Malgré le fait que les jeunes joueurs de l’équipe laurentienne avaient du cœur au ventre et de la détermination, cela n’a pas suffi pour empêcher le gardien de but de l’équipe adverse de réaliser un second blanchissage, suivant celui qui avait eu lieu moins de 48 heures plus tôt face aux Voltigeurs de Drummondville.

« Nous avons toujours plus de chances de marquer mais nous perdons. Ça ne rentre pas pour l’instant, mais ça rentrera un jour», confie Joël Bouchard, l’entraîneur chef de l’équipe au journaliste François-David Rouleau du Journal de Montréal. En ce moment, l’équipe de Shawinigan mène dans le classement général ainsi que celui de sa division. Et en ce qui concerne l’équipe de Joël Bouchard, elle se classe au dernier rang, et ce, autant dans sa division qu’au classement général de la ligue.

Photo: Claudie Demers

Posted in Actualités, Nouvelle, SportsComments (0)

L’Armada s’incline 5-3 devant l’Océanic


La solide performance du gardien de but Philippe Desrosiers, de l’Océanic de Rismouski, a eu raison de l’Armada, qui s’est incliné 5-3, vendredi le 25 novembre, au Centre d’excellence Sports Rousseau à Boisbriand.

Lors des deux premières périodes, Marc-Olivier Roy est le seul à toucher la cible chez l’Armada. « J’étais vraiment content d’avoir compté! », a indiqué celui qui n’avait pas marqué depuis près d’un mois. Du côté de Rimouski, Alexandre Mallet s’est inscrit à la marque à deux reprises.

En troisième période, Jean-François Plante augmente l’avance des siens, en profitant de sa sortie du banc des punitions pour s’échapper et déjouer le gardien Étienne Marcoux en désavantage numérique. Alexandre Mallet complète son tour du chapeau.

Le capitaine de l’Armada, Xavier Ouellet, compte deux buts en désavantage numérique pour réduire l’écart à un but. À deux minutes de la fin de la rencontre, Liam O’brien vient s’assurer de la victoire de l’Océanic, en comptant dans un filet désert.

Narbonne de retour au jeu

Après deux semaines d’inactivité, en raison d’une blessure au haut du corps, le défenseur Jonathan Narbonne a rechaussé ses patins à sa grande joie. Narbonne apporte beaucoup de profondeur à la défensive de l’Armada. Par ailleurs, l’attaquant Alexandre Lemieux, blessé au genou depuis le mois d’octobre, a recommencé à patiner. Toutefois, il ne sera pas en uniforme immédiatement.

Manque d’opportunisme en avantage numérique

Si Jean-François Houle, l’entraîneur chef de l’Armada, avait mentionné plus tôt cette semaine vouloir travailler davantage sur les supériorités numériques, il reste encore bien du travail à faire. En huit occasions, l’Armada n’a pas atteint la cible. « Les joueurs manquent de finition autour du filet », a expliqué le pilote de l’Armada.

 Le prochain match de l’Armada aura lieu, à domicile, le samedi 26 novembre à 19h contre les Olympiques de Gatineau.

Posted in SportsComments (0)

Victoire des Huskies contre l’Armada


BOISBRIAND –  L’Armada, la nouvelle équipe de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) s’est inclinée 6-4 devant les Huskies de Rouyn-Noranda, vendredi soir, 30 septembre. Après la rencontre, l’attaquant des Huskies, Mathieu Lemay, visiblement satisfait, a commenté le travail de ses coéquipiers : « Nous avons suivi le plan de match, nous avons travaillé fort pendant tout le match. Malgré un relâchement en fin de troisième période, nous avons pas abandonné ».

Les Huskies de Rouyn-Noranda ont annoncé tôt leurs couleurs, en distribuant de sévères mises en échec. L’attaquant de L’Armada, Christopher Clapperton, l’a appris à ses dépens, lorsque Jessyko Bernard l’a renversé sur le banc de l’équipe adverse dès la première minute de jeu.

L’agressivité des Huskies s’est toutefois retournée momentanément contre eux. L’attaquant recrue Sven Andrighetto s’est vu décerner une pénalité de deux minutes, pour avoir servi une  mise en échec par derrière. L’Armada en a aussitôt profité pour marquer le premier but de la rencontre. C’est l’attaquant Suédois Viktor Hertzberg qui a compté son premier but de la saison, lorsqu’il déjoué le gardien de but français Robin Gusse.

Les Huskies ont par la suite compté trois fois en moins de 5 minutes. Maxime St-Cyr s’est  échappé seul devant le gardien William Racicot pour donner les devants 2-1 aux siens. Les pénalités ont ensuite fait mal à l’Armada. Les troisième et quatrième buts des Huskies ont été comptés avec l’avantage d’un homme. Andrighetto a obtenu son cinquième but de la campagne et Jérémi Janneteau a enfilé son troisième.

L’Armada a tenté une remontée dans les premiers instants  du deuxième vingt. Le défenseur Alex Micallef a redonné espoir aux partisans, en réduisant l’écart à deux buts, à la 14e seconde de jeu. Par contre, le deuxième but de Robbie DeFulviis a produit l’effet d’une douche froide sur les 2790 partisans présents au Centre d’excellence Sport Rousseau. La marque était 5-2 pour Rouyn-Noranda après deux périodes.

Antoine Quevillon a ajouté un but d’assurance pour les Huskies en troisième période. L’Armada a finalement touché la cible deux fois en 24 secondes, à la 11e minute, grâce à Alexandre Lemieux, avec son cinquième filet de la campagne, et Micheal Clarke, qui a inscrit son premier but cette saison, menant la marque finale 6-4 pour les Huskies.

Posted in Actualités, SportsComments (0)

L’Armada se moque des Olympiques


BOISBRIAND – L’Armada de Blainville-Boisbriand a remporté le premier match local de son histoire, blanchissant les Olympiques de Gatineau au compte de 7-0 vendredi soir au Centre d’excellence Sport Rousseau de Boisbriand. Cette victoire augure bien pour la nouvelle organisation de la Rive-Nord dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

Durant un avantage numérique, les joueurs de l’Armada ont réussi à déjouer le cerbère des Olympiques François Lacerte. Il ne restait que 15 secondes à la supériorité numérique de l’Armada lorsque Dylan Anderson a compté le premier but local de l’histoire de l’Armada. À 7:43, il a décoché un tir précis de la ligne bleue après un jeu de passes avec Jess Tanguy et Alex Micallef.

En première période, le gardien de but Étienne Marcoux s’est blessé en effectuant un arrêt spectaculaire bloquant une contre-attaque des Olympiques. Blessé à l’épaule gauche, le portier de l’Armada devra manquer quelques semaines d’activité.

Au deuxieme vingt, l’attaquant Alex Micallef a doublé la marque de Boisbriand avec un tir vif des poignets dans le haut du filet, après avoir reçu une brillante passe de la recrue Marc-Olivier Roy. Ainsi, Alex Micallef a terminé la soirée avec un but et deux passes.

De son coté, Marc-Olivier Roy, a poussé la rondelle dans une cage béante pour enfiler son premier filet en carrière. Il a ainsi récolté un but et une mention d’aide.

Jean-Christophe Laflamme, Raphaël Pouliot, Alexandre Lemieux et Cédric Paquette ont successivement complété la marque pour l’Armada.  L’équipe de Blainville-Boisbriand a terminé la rencontre avec un total de 32 tirs contre 26 pour les Olympiques.

Après le match, le président de l’Armada, Joël Bouchard, visiblement satisfait, a commenté le travail de son équipe. « Les joueurs ont suivi le plan que nous avions élaboré avec le groupe d’entraîneurs. Ils n’ont jamais arrêté de travailler fort, et nous avons gagné la plupart des batailles à un contre un. »

La prochaine rencontre de Blainville-Boisbriand aura lieu le dimanche 18 septembre, alors que les hommes de l’entraîneur-chef de l’Armada, Jean-François Houle, affronteront les Remparts de Patrick Roy.

Posted in Actualités, SportsComments (0)

Les Panthères doivent apprendre de leurs erreurs


Les Panthères de St-Jérôme étaient en action vendredi dernier contre les Inouks de Granby.  Les hommes de l’entraineur chef des Panthères, Jean-Philippe Bélair, n’étaient pas prêts pour ce face à face. Les Inouks l’ont emporté 9 à 1 contre les Panthères, pourtant fortes de leurs récentes victoires. La grande vedette de ce match aura été Marc Messier, le populaire acteur de la série Lance et compte, qui était invité par l’organisation des Inouks.

Le fougueux attaquant, Marc-André Levasseur, a marqué le seul but de la formation jérômienne.  Il a du même coup enfilé son quatrième but de la campagne, et s’est mérité le titre de joueur du match pour sa détermination.

Levasseur avoue que les gars n’étaient pas arrivés prêts pour cette partie. « On pensait que ce serait facile après nos deux dernières victoires. » L’attaquant, qui a mené la marque 6 à 1 pour Granby, au moment de son but, ajoute : « Si j’avais compté mon but plus rapidement, ça aurait changé l’allure de la partie. »

Après cette dégelée, pour l’entraineur chef, Jean-Philippe Bélair, «décevant » est le seul mot à dire de cette partie. Il explique que les équipes qui percent le premier tiers de la ligue doivent être en mesure de mieux  performer. Il souligne également le manque de respect de l’entraineur adverse, Patrick Bergeron, qui a envoyé sa première ligne d’avantage numérique, même si le pointage était de 7 à 1 en faveur des siens. « Il a manqué de respect envers mon club et je n’ai pas peur de le mentionner. »

Pour le capitaine des Panthères, Joé Dubé, « l’équipe doit repartir à neuf et apprendre de ses erreurs.  Ce point de vue est partagé par le gardien Nicolas Deslongchamps, pour qui la soirée a été de courte durée. Il a accordé 4 buts sur 11 lancés en première période. Le gardien, âgé de 20 ans, semblait désemparé après cette dure performance contre une « grosse équipe qui a fait mal en partant ». Par contre, il se dit prêt à rebondir dès le prochain match, mercredi 14 septembre, face aux Montagnards de Ste-Agathe, qui seront à Saint-Jérôme à 19h30 à l’aréna Melançon.

Posted in Actualités, SportsComments (0)

Le sport, toujours le sport!


Photographe : Valérie Gauthier Lamothe

(Chronique du cahier Le sport, une deuxième famille!)

«Le sport, une deuxième famille? Oui, oui, c’est ça! », c’est ce que je me disais en appréhendant l’écriture de cet article. N’ayant  jamais fait partie d’une équipe sportive, mis à part celles de mes cours d’éducation physique, j’ai toujours trouvé que les sportifs accordaient beaucoup trop d’importance à leur sport. Après tout, ce n’est qu’une banale compétition et il y a beaucoup de choses beaucoup plus importantes dans la vie, n’est-ce pas ? Et bien, en faisant des recherches plus approfondies et en m’intéressant davantage à ces gens, je me suis aperçu que j’avais peut-être un peu tort.

Après tout, ce ne doit pas être pour rien que tant de jeunes s’inscrivent chaque année dans des équipes sportives : hockey, soccer, baseball, nommez-les!  Le sport le plus pratiqué au Québec, pour la saison 2010-2011, est le soccer avec quelque 200 000 joueurs, dont 14 300 dans les Laurentides. C’est donc une quantité non négligeable de jeunes qui trouvent leur plaisir, chaque année, à s’accomplir dans un sport.

Il ne faut pas oublier également que les Laurentides possèdent de nombreux monts pour pratiquer des sports de glisse, comme le ski alpin et la planche à neige. Cela permet aux jeunes de découvrir d’autres avenues que le hockey et le patinage, comme sport d’hiver, mais ce sont des activités un peu plus dispendieuses…

Le Grand défi Pierre Lavoie est un bon exemple de l’apport positif du sport dans une société. C’est Pierre Lavoie,  le triathlonien québécois qui a participé huit fois à l’Ironman d’Hawaï (compétition d’endurance, où il s’est distingué à trois reprises), qui a mis sur pied cet évènement. En vigueur depuis 2008, ce relais à vélo, qui se déroule à travers le Québec, incite les jeunes de 6 à 12 ans à avoir de bonnes habitudes de vie grâce à la pratique du sport et à une bonne alimentation. L’année dernière, le Grand défi a réussi à réunir plus de 4500 élèves de partout au Québec. C’est un projet dans lequel Pierre Lavoie a mis tout son cœur et ça se voit. Bravo!

Bien sûr, on ne peut pas avoir la prétention de parler de sports, au Québec, sans parler de hockey. Les jeunes des Laurentides ne font pas exception à ceux du reste de la province. Ils s’inscrivent massivement dans leur équipe locale. Je crois que ça fait du bien aux gens de savoir qu’ils ont au moins un point en commun avec leurs voisins : l’amour du hockey. Ils prennent plaisir à échanger sur les exploits de leurs enfants, tout en parlant du match des Canadiens de la veille.

Je ne suis pas certaine que ce soit toujours pour le mieux par contre. Certains parents prennent beaucoup trop au sérieux le sport amateur que pratique leur enfant. Ils mettent souvent énormément de pression sur les épaules de leur jeune, que ce soit inconsciemment ou pas, en les poussant à faire toujours de meilleures performances. Ça peut devenir très difficile pour certains enfants, qui ne jouent plus pour le plaisir mais pour gagner et être à la hauteur des attentes de leurs parents. Ce qui entraine parfois les jeunes joueurs à devenir plus agressifs au jeu, ce qui n’est jamais une bonne chose, selon moi.

On aura beau dire tout le mal du sport que l’on voudra, il reste que c’est rassembleur et qu’en ce temps de campagne électorale, il me semble avoir plus entendu parler de la place du Canadien dans les séries que de l’avenir de Stephen Harper comme premier ministre.

 

Posted in Sections cahier, SportsComments (0)