Catégorie | Critique, Culture

Ma première fois ?

 
Christophe Desjardins et Alexanne Lapointe Étudiants en Journalisme À propos de l'auteur:
Christophe Desjardins et Alexanne Lapointe
Étudiants en Journalisme

Ma première fois

Genre scénique : spectacle à saveur humoristique

Références : Écrite par Ken Davenport et adaptation québécoise de Jasmin Roy. Jouée par Mathieu Cyr, Marie-lyne Joncas, Martin Vachon et Roxane Bourdages

Présentée à la salle André-Prévost par En Scène et produite par le groupe Entourage

Date de la représentation : 11 février 2017

________________________________________________________________________________________________________________________________________

Tout d’abord, devant ce spectacle de sketchs à saveur humoristiques, on peut dire que les tabous ne font pas partis des règles du jeu! Ma Première Fois, écrite par le réputé auteur de théâtre new-yorkais Ken Davenport, et adaptée au Québec par le metteur en scène Jasmin Roy, est un spectacle aussi croustillant que touchant. En effet, il permet aux spectateurs de revivre l’éventail d’émotions qu’ils ont eux-mêmes vécu lors de leur  «première fois». Pour faire une simple mise en contexte, on a droit à un quatuor de comédiens/humoristes, interprétant une quantité impressionnante de personnages racontant leur première relation sexuelle, toutes puisées à même le site Internet américain « MyFirstTime.com ». Malgré la panoplie de personnages, la forme scénique du spectacle reste assez simple, mais efficace. Dès le début de la représentation, on  retrouve les quatre comédiens : Roxane Bourdages, Martin Vachon, Mathieu Cyr et Marie-Lyne Joncas, chacun assis sur un tabouret avec leur ordinateur portable. Derrière ceux-ci, quatre grands panneaux blancs permettant de projeter plusieurs couleurs, mots et images servent de décor très minimaliste, mais qui, somme toute, soutient très bien toutes les folles histoires racontées par les acteurs.

Pour ce qui est du concept et de la mise en scène, on peut dire que c’est une réussite tant au niveau de la force des textes et des fameux punch-lines assez crus, que pour le jeu solide des acteurs. Le travail de Roy permet en effet à quelques écarts au texte et plusieurs folies sur scène, démontrant ainsi leurs grands talents d’improvisateurs. Le fait qu’ils décrochent parfois de leurs personnages pour rire et faire des folies ensemble rendait le spectacle encore plus drôle et allègeait certaines scènes, parfois plus lourdes et sérieuses. En effet, malgré que le spectacle soit majoritairement drôle et fou avec des sketchs sur des relations sexuelles dans le métro ou encore des relations sexuelles avec des femmes d’âge mur, l’oeuvre n’exclut pas les «premières fois» désastreuses. On aborde alors le viol sous plusieurs facettes, ainsi que l’avortement. Avec des statistiques projetées derrière les acteurs maintenant très sérieux, on peut réfléchir à ces enjeux graves et parfois tabous dans notre société.  On sent que l’œuvre reflète bien la couleur unique de chaque acteur et met vraiment leur talent en valeur. L’interprétation des personnages toujours parfaitement exécutée permet au spectateur de pouvoir apprécier autant les longs monologues comiques ou touchants, autant de rire aux larmes en regardant les quatre comédiens jouer des scènes complètement loufoques tous ensembles sur scène.

Ensuite, pour venir casser l’aspect théâtral du spectacle, une partie interactive a été intégrée juste après l’entracte de façon très réussie. Avant le commencement de la représentation, les spectateurs devaient remplir un formulaire de questions assez intimes. C’est en effet sans surprise et avec excitation que ceux-ci ont vite compris que les acteurs, sortis de leurs personnages et montrant avec brio leur talents d’humoristes et d’improvisateurs, allaient lire quelques témoignages du public déjà bien amusé par cette implication inattendue. L’effet était totalement réussi, dosant bien le malaise contrôlé et les punch-lines comiques, juste avant de retourner au texte proprement dit. Cependant, au-delà de cette quantité phénoménale de blagues et de rires aux éclats, c’est en creusant un peu qu’on peut voir le sens véritable de l’œuvre. En effet, ce qui est marquant avec ce spectacle, c’est que le spécifique rencontre l’universel. Le thème précis de la première relation sexuelle est relié à une multitude de situations et de personnages représentant bien notre société actuelle diversifiée. Chaque spectateur peut donc, à un moment donné du spectacle, sentir une connexion personnelle entre lui et l’histoire qui lui est racontée. Autant on parle d’homosexualité et de différence d’âge, autant on traite de virginité et de diversité culturelle. Ma première fois est un spectacle accessible pour tous, peu importe l’âge ou la situation amoureuse de chacun. Finalement, aussi simple que cela puisse paraitre, la phrase «Ma première fois», utilisée en guise de titre, est claire pour tous et pourtant elle peut signifier de multiple choses. Cela connecte donc tout de suite avec l’esprit chaleureux et rassembleur de l’oeuvre.

Be Sociable, Share!

Écrire un commentaire